• Les saisons de l'infidèlité ...

    Les saisons de l’infidélité (alexandrin)

En début de printemps les nouvelles amours…
Avec les même mots et les mêmes toujours,
Dans de nouveaux baisers, au même goût de miel
Et un nouveau regard, pour contempler le ciel.

Ce même ciel, témoin de ma folle promesse,
Du murmure des mots, tous empreints de tendresse,
Que la phrase ébauchée a laissés en suspens…
De l’aimée un soupir, que mon baiser suspend.

Tel mon ami Pierrot qui me prête sa plume
J’écrirai dans la nuit, sur un voile de brume,
Des mots simples et doux, qu’elle ne lira pas…
…Et que je froisserai dans le creux de ses bras..
 
Mais je pense à l’automne et j’ai peur de l’orage !
Et du jour qui verra tourner l’ultime page,
De ce roman d’amour, qu’il me plait d’inventer
Et qu’au clair de son cœur, je me joue à chanter…

Et à l’hiver chagrin… Avec mes mêmes larmes,
Quand sa même froideur, fera baisser mes armes…
Mais avant les frimas, nous fêterons l’été,
Qui verra refleurir mon cœur désenchanté.

Paule Montsailand
     
     
     
     
     
     

     

    Les saisons de l’infidélité

    En début de printemps les nouvelles amours…
    Avec les même mots et les mêmes toujours,
    Dans de nouveaux baisers, au même goût de miel
    Et un nouveau regard, pour contempler le ciel.

    Ce même ciel, témoin de ma folle promesse,
    Du murmure des mots, tous empreints de tendresse,
    Que la phrase ébauchée a laissés en suspens…
    De l’aimée un soupir, que mon baiser suspend.

    Tel mon ami Pierrot qui me prête sa plume
    J’écrirai dans la nuit, sur un voile de brume,
    Des mots simples et doux, qu’elle ne lira pas…
    …Et que je froisserai dans le creux de ses bras..

    Mais je pense à l’automne et j’ai peur de l’orage !
    Et du jour qui verra tourner l’ultime page,
    De ce roman d’amour, qu’il me plait d’inventer
    Et qu’au clair de son cœur, je me joue à chanter…

    Et à l’hiver chagrin… Avec mes mêmes larmes,
    Quand sa même froideur, fera baisser mes armes…
    Mais avant les frimas, nous fêterons l’été,
    Qui verra refleurir mon cœur désenchanté.

     

    « Les chansons à dudu ...L'aurore ... »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :